Bien observer les tortues marines

Dans les Antilles françaises, les tortues marines peuvent être observées en mer ou à terre (en ponte ou lors des émergences) sur de nombreuses plages. Toutefois, il est nécessaire d'appliquer les bonnes pratiques d'observation afin de respecter les besoins et l'espace vital de ces espèces sauvages protégées et menacées

Les tortues marines sont des animaux sauvages protégés par la loi. Leur destruction, manipulation ou dérangement sont punis d'une peine maximale allant jusqu'à 150 000 euros d'amende et 3 ans d'emprisonnement.

Observation en ponte

La ponte est un moment crucial du cycle de vie des tortues marines. Les femelles parcourent en effet des milliers de kilomètres pour se rendre sur leur site de ponte et se montrent très vulnérables une fois à terre. Le dérangement généré par les observateurs peut les pousser à renoncer à pondre.

Pour une observation respectueuse, veillez à :

lumiere_artificielle.png
  • Éteindre les sources de lumières artificielles 

tortue_distance_02.png
  • Laisser l'espace libre devant la tortue

  • Rester à 10 mètres derrière

Tortue imbriquée en ponte

(photo : David Laffitte)

Observation en mer

Le tortues observées en mer, dans les herbiers ou les récifs coralliens, sont généralement en phase d'alimentation ou de repos. Le dérangement répété par les baigneurs pendant les activités d'alimentation, de respiration et de repos peut les pousser à quitter le site. Les mouvements brusques, précipités et les poursuites provoquent du stress et automatiquement la fuite. 

Pour une observation passive et bienveillante, veillez à :

Tortue verte en alimentation

(photo : Mathilde Brassy)

snorkeling_5m.png
  • Rester à distance (5 mètres) et en surface (pas d'apnée)

  • Nager calmement

  • Ne pas la toucher

Une étude a montré que ces animaux sauvages souffrent de dérangement jusqu'à 10 heures par jour sur des sites surfréquentés comme l'anse Dufour en Martinique ou Malendure en Guadeloupe (OSL et Aquasearch, 2018). 

Les tortues trop souvent dérangées ont des difficultés pour constituer des réserves d'énergie nécessaire à leur longue migration.

En cas d'observation de nouveaux nés

En cas d’observation de nouveau-nés, laissez faire la nature : les jeunes tortues ont besoin de ce trajet sur la plage pour développer leurs muscles avant d'aller à la mer et d'entamer leur vie pélagique (voir page > Leur cycle de vie <).

Tout au plus, il est possible :

  • De chasser les prédateurs (chiens, crabes, oiseaux…)

  • Déplacer les obstacles entre le nid et la mer (branches, sargasses, …)

  • Faire une « haie d’honneur » aux petits pour contenir le public

  • Éteindre ou cacher (si possible) les sources de lumières artificielles

  • Ne pas toucher les nouveau-nés

TM-FB.jpg

Nouveaux nés tortues imbriquées

(photo : Julie Presa)

Tortue morte ou en détresse ?

Si vous rencontrez une tortue morte ou en détresse (blessée, désorientée, nouveau né n'arrivant pas à atteindre la mer, ...), appelez le réseau échouage

Téléphone des réseaux :

 

Le réseau échouage mobilisera des membres formés et autorisés à la manipulation d'espèces protégées ou vous dira quelle conduite tenir.

logo-rtmg-web.png
r%C3%A9seau%20tortue%20marine%20mque.jpg
REG.jpg

0696 234 235

RETOM

0690 74 0381

0694 20 74 20

REG